Lequel choisir ?

Ces dernières années le choix de vélos s’est multiplié surtout pour les loisirs et la compétition, nous allons donc essayer de résumer les différents types de vélos pour y voir plus clair. Bien Sûr il sera difficile d’être exhaustif tellement il y a de catégories de plus la frontière entre ces dernières peut être très flou. Les descriptions ont pour but de répondre aux questions du cycliste quotidien (velotafeur, commuter) ou amateur, ce qui est la spécialité de l’atelier.

Le vélo de ville

Le vélo de ville par définition est un vélo que l’on utilise pour se déplacer en milieux urbain sur quelques kilomètres, il ne s’agit donc pas d’une catégorie aux caractéristiques techniques communes.

Quasiment n’importe quel vélo peut être utilisé en ville, néanmoins il y a un type de vélo qui est conçu spécialement pour cet usage c’est le vélo Hollandais. Ce qui caractérise le vélo Hollandais est sa position très relevée, des protections intégrales: garde-boues, cache chaîne, filet par-jupe, il ne possède que quelques vitesses souvent intégrées dans le moyeu ainsi que le rétro pédalage.

 

Le conseil de l’atelier

Le vélo de ville type hollandais est idéal pour les petites distances, il est aussi intéressant pour les personnes qui souhaitent reprendre doucement la pratique du vélo. Sa position relevée offre une très bonne visibilité ce que qui est très rassurant dans le trafic et sa transmission très simple à utiliser permet de se concentrer uniquement sur la conduite

Vélo Urbain

Il s’agit plus d’une pratique que d’une catégorie de vélo, car tout les vélos que l’on utilise en ville sont des vélos urbains. On peut néanmoins associer ce terme à un style de vélos moderne et branché souvent pourvu de caractéristiques adapté à la ville.

Vélo tout chemin/ VTC / Trekking:

Le VTC désormais plus connu sous le nom de vélo de Trekking ou vélo Hybride est un vélo à mi-chemin entre un Vtt et un vélo de route. Il possède des roues de grandes tailles généralement 28 pouces tout comme un vélo de route, mais plus large, la transmission est quant à elle est celle d’un vtt ou d’un moyeu à vitesses intégrées, le but étant la polyvalence plutôt que la vitesse. Le cadre peut être rigide ou équipé d’une fourche télescopique avant avec un faible débattement.

Très versatile il peut être nu proche d’un vélo de fitness ou équipé de garde-boue, d’un éclairage intégré et de porte-bagages.

Le conseil de l’atelier: Son utilisation est très variable, car c’est le type de vélo le plus polyvalent qui soit. Il est à l’aise sur tout type de revêtements, de l’asphalte jusqu’au chemins peu accidentés. Il convient donc parfaitement pour la ville et les trajets quotidiens (surtout équipé), les balades du week-end ou la randonnée plus ou moins longue. C’est le vélo idéal pour le commuteur ou vélotafeur sérieux.2

Vélo Fixie/single-speed:

Une fois encore il y a beaucoup de confusion derrière le mot fixie. Techniquement un vélo à pignon fixe ne possède qu’une vitesse et pas de roue libre qui permet de rouler en arrêtant de pédaler. La plupart des fixies sont des vélos de piste qui ont aussi la particularité de ne pas avoir de freins. La mode du fixie en ville vient des coursiers new-yorkais et elle s’est vite répandu aux quatre coins du monde, ils sont appréciés pour leur côté épuré, leur simplicité et les sensations uniques qu’il procure. Il existe des versions moins radicales équipées de freins.

Le single-speed et quant à lui équipé d’une roue libre, il garde néanmoins le look épuré de son cousin, mais sera systématiquement équipé de freins.

Le conseil de l’atelier:

L’utilisation et la pratique du Fixie en ville sont à réserver à un public averti et passionné. C’est presque pour certains un art de vivre. Si vous voulez reprendre le vélo, passer votre chemin ou commencer par un single speed équipé de frein avant et arrière et d’un petit rapport de transmission.

Vélo de Randonnée:

Ce qui nous amène à la randonneuse qui pour moi rentre dans la même catégorie, la différence se situ dans le choix des matériaux et des composants. La randonneuse étant destinée a effectué de longues voir très longues distance souvent chargé de bagages et rencontrant des conditions plus rudes. L’acier est privilégié pour le cadre et les portes-bagages, plus souple et résistant, mais surtout réparable facilement aux quatre coins du monde contrairement à l’aluminium. Le freinage sera mécanique qu’il soit à patins ou à disques pour des raisons de facilité d’entretien et de réparation. Idem pour les vitesses, il n’est pas rare de retrouver des leviers/shifter non indexés au cadre comme autrefois moins performant, mais bien plus fiable. Pour le reste la qualité reste primordiale, mais contrairement au vélo de route la solidité est prioritaire à la légèreté.

Vélo rétro:

Le vélo rétro est simplement un vélo au look et à la mécanique ancienne, il s’agit de vélos modernes, mais fabriqués comme à l’époque, cadre en acier, équipement classique voir rustique. Ainsi on peut retrouver sur certains modèles des freins à tringle et des vitesses non indexées. La priorité étant l’esthétique on peut aussi trouver des équipements plus modernes voir des cadres aluminium, dans ce cas on peut parler de néo-rétro.

Le conseil de l’atelier:

À part quelques fantaisies d’équipement rustique proposé sur certains modèles, la plupart des vélos rétro font d’excellents vélos que l’on peut utiliser au quotidien ou pour les loisirs. Il présente même un avantage de simplicité et de durabilité. Petit bémol concernant l’éclairage intégré disponible seulement sur quelques modèles.

Vélo route/course:

Les vélos de course sont aux cyclisme ce que la formule 1 est au monde l’automobile, légers, affutés, modernes. À la différence près qu’il n’est pas réservé à une élite. La différence de matériel entre le vélo du maillot jaune du tour de France et celui que l’on peut trouver dans un magasin spécialisé est minime.

Les différences entre les sous-catégories de vélos de course sont pointues, seuls les compétiteurs et les amateurs éclairés pourront différencier un vélo de contre la montre, de triathlon, de compétition, de cyclo-cross de loisir, etc.

C’est un univers à part entière.

Le conseil de l’atelier:

Le choix d’un vélo de course pour une utilisation quotidienne peut être un bon choix.

Leur aérodynamisme leur légèreté sont très appréciable dès que la distance s’allonge, on gagne du temps et les montés redoutées sont avalées sans effort.

La plupart ont une qualité supérieure c’est pour cela que l’on retrouve beaucoup de vélos de course vintage en ville, car ils sont encore très agréables à utiliser et rapide même âgée de vingt ou trente ans.

À éviter néanmoins les engins les plus profilés avec une position agressive qui nuit à la visibilité dans la circulation et attire les convoitises.

Mention spéciale au Cyclocross et Gravel qui avec leurs pneus plus larges offre plus de confort et de polyvalence tout en restant très rapide.

Quelques modifications plus ou moins heureuses (ils ne sont pas prévu pour) sont néanmoins nécessaires pour améliorer leur polyvalence au quotidien (éclairage, garde-boue, etc.).

 

VTT/mountain Bike:

Dans l’histoire du vélo qui remonte à plus d’un siècle le VTT n’a commencé à se populariser qu’à partir des années 80. Sa pratique et le nombre de disciplines ont énormément évolué ces dix dernières années. Pour rester le plus simple possible certaines catégories sont regroupées.

Le VTT de descente/ Downhill/ DH:

Les VTT de descente sont spécialement conçus pour dévaler des pentes montagneuses. Ils possèdent des suspensions à grand débattement, un freinage puissant ainsi qu’un cadre à géométrie spécifique. Bien qu’ équipé de pédales et quelques vitesses il ne sont pas fait pour rouler sur le plat ou en montée, le haut des pistes en généralement atteint en remontée mécanique.

Le Cross country/XC et randonnée:

Encore plus léger et roulant que le All mountain, ses suspensions ont un débattement inférieur, il peut être semi-rigide. Il est donc destiné un terrain moins accidenté.

Le Trial, le Street et le Dirt:

Ces trois catégories regroupent les disciplines comme les sauts avec figures, le franchissement acrobatique entre autres en milieu urbain pour le street.

Le Fatbike:

Simplement un vtt équipé de pneus extrêmement larges.

L’enduro et All mountain:

Comme le Vtt de descente, l’enduro et le All mountain possède des suspensions avant et arrière de freins puissant, mais moins extrême que ceux de son cousin. Sa géométrie est différente, il est bien plus léger et surtout il est capable de monter des pentes raides et les descendre.

Le conseil de l’atelier:

Pour un usage utilitaire ou urbain seul le VTT cross country rigide ou semi-rigide nous intéresse. Équipé de pneus mixtes ou asphalte il fait un très bon vélo pour la route. Ses pneus larges absorbent toutes les irrégularités de la chaussée et ne craignent pas les trottoirs.

Les Vtt d’époque souvent en acier et très robuste sont particulièrement adapté à cet usage.

Il peut aussi être équipé de garde-boue, d’un éclairage et de porte-bagages, il sera alors proche de son cousin le VTC, mais en plus trapu et peut être moins roulant.

0 commentaires

Facebook
Facebook
YouTube
+ +